Les grands hommes

L'utilisation de figures historiques prises dans le panthéon national pour illustrer les billets de la banque de France est relativement récente. La première coupure comportant une telle illustration fut créée pendant la première guerre mondiale : c'est le billet de 20 francs à l'effigie de Bayard qui, par le choix même du personnage, se rattache au thème patriotique des billets de cette période. Par la suite, les portraits d'Ampère et de Pasteur apparaissent au verso du billet de 1000 francs "Cérès et Mercure" créé en 1927 dont la thématique relève davantage des séries allégoriques.

 

 

 


Sully
100 F type 1939
Si l'on met à part ces deux créations plus anciennes, ce n'est qu'à partir de 1940 que des portraits d'hommes célèbres viennent occuper une place significative sur les billets français. De cette date jusqu'à nos jours, ce sont 24 personnalités qui viendront orner ces billets. Sur ce total, 19 se rattachent au monde des arts et des sciences contre seulement 5 figures d'hommes d'Etat.

 

Ces billets disparaissent à la libération, lors du retrait de 1945. Chateaubriand et Le Verrier leur succèdent dans les années suivantes.

Jacques Coeur
50 F type 1941

 

Dans une coupure mise en circulation en 1940, Sully inaugure les représentations de célébrités. Il est suivi par Jacques Coeur puis Descartes. Sur ces productions qui datent de la seconde guerre mondiale, le personnage choisi ne figure que sur l'une des faces du billet, l'autre face présentant une illustration plus allégorique.

Chateaubriand
500 F type 1945

 


Descartes
100 F type 1942

Le choix de l'astronome Urbain Le Verrier, figure la moins connue du public parmi toutes celles qui ont illustré les billets français, peut surprendre. Mais quand on sait que ce savant, découvreur de la planète Neptune au XIXème siècle, avait bénéficié d'une collaboration avec l'observatoire de Berlin, un tel choix est sans doute symbolique d'une volonté de rapprochement avec l'Allemagne au lendemain de la guerre.

billet de 50 F
type 1946
Le Verrier

 

Une nouvelle série émise dans les années 1950 assure le passage au nouveau franc. Elle fait appel à Richelieu, Victor Hugo, Bonaparte et Henri IV. Molière les accompagne en 1960.

Henri IV
5000 F type 1957
50 NF type 1959

 


Richelieu
1000 F type 1953
10 NF type 1959

Victor Hugo
500 F type 1953
5 NF type 1959

 


Bonaparte
10000 F type 1955
100 NF type 1959

Molière
500 NF type 1959

 

A partir de 1963, l'appellation franc revient à la place de nouveau franc et la Banque de France remplace progressivement les anciennes coupures. Les gens de lettres y sont largement représentés : Voltaire, Racine, Corneille et finalement Pascal en 1968.
Seul Pasteur vient rompre cette unité en remplaçant Victor Hugo sur les coupures de 5 francs. Mais son passage sera relativement bref, le développement de l'usage de la pièce de même valeur faciale conduira au retrait définitif de ce billet en 1972.

 


Voltaire
10 F type 1963

Corneille
100 F type 1964

 

 


Racine
50 F type 1962

Pascal
500 F type 1968

 

 

Comme pour compenser la suprématie littéraire des années 1960, la décennie suivante voit introduire la peinture, avec Quentin La Tour et Delacroix, et la musique, avec Berlioz et Debussy.
Pasteur
5 F type 1966

 

Montesquieu
200 F type 1981
Il faut attendre le billet de 200 francs "Montesquieu" pour revoir un homme de lettres dans l'avant-dernière série des billets de la Banque de France.

 

Un partage équilibré entre représentants des arts et des sciences et techniques caractérise la dernière série de coupures libellées en francs émises par la Banque de France.
Le choix d'un même artiste, Roger Pfund, assure la cohérence d'ensemble des quatre billets de cette gamme. Ceux-ci affichent résolument une volonté de modernité, tant par le choix des thèmes illustrés que par le graphisme et la vivacité des couleurs. La modernité est également présente sur le plan technique puisque la réalisation de ces billets a bénéficié de l'utilisation du système Adagio, procédé de conception graphique assistée par ordinateur pour la gravure des billets. Enfin ces coupures présentent un ensemble de signes de sécurité positionnés selon une structure commune qui facilite leur repérage.

Quentin la Tour
50 F type 1976

Delacroix
100 F type 1978

 


Berlioz
10 F type 1972

Debussy
20 F type 1980

 


Saint-Exupéry
50 F type 1992

Paul Cézanne
100 F type 1997

 


Gustave Eiffel
200 F type 1995

Pierre et Marie Curie
500 F type 1993

 

accueil >>>