Le nouveau franc

Pour marquer la volonté de retour à la stabilité monétaire, on choisit de frapper le nouveau franc à l'effigie de la Semeuse d'avant 1914. Ce nouveau franc est fabriqué en cupro-nickel mais une pièce d'argent du même type est réintroduite dans la circulation : c'est la pièce de 5 francs. Cette pièce sera fabriquée en cupro-nickel à partir de 1970.
Les anciennes monnaies continuent à circuler pour une valeur égale au centième de leur valeur faciale en attendant d'être progressivement remplacées par de nouveaux modèles.

Le 27 décembre 1958, une ordonnance décide que "à compter d'une date qui sera fixée par décret, et au plus tard le 1er janvier 1960, il sera créé une nouvelle unité monétaire française dont la valeur sera égale à cent francs". La nouvelle unité est "désignée par le terme nouveau franc".
Cette réforme monétaire est la partie la plus manifeste pour le public d'un programme ambitieux, préparé par Jacques Rueff, qui prône l'assainissement budgétaire pour mettre fin à l'inflation et promouvoir la rénovation économique et financière du pays. Avec une valeur externe du franc fixée à 1,8 milligramme d'or fin (soit 180 milligrammes pour un nouveau franc), la France s'associe au retour à la convertibilité des monnaies européennes et peut ainsi participer pleinement au lancement du grand chantier de la construction communautaire européenne.

illustration complémentaire

 

 

accueil >>>


billet de 500 francs "Victor Hugo" type 1953 surchargé en rouge
Contre-valeur de 5 nouveaux francs
© www.cgb.fr


billet de 1000 francs "Richelieu" type 1953
surchargé en rouge
Contre-valeur de 10 nouveaux francs
© www.cgb.fr

5 francs en argent
© www.cgb.fr

 


billet de 500 nouveaux francs "Molière" type 1959
© www.cgb.fr

1 centime en acier inoxydable
© www.cgb.fr

pièce commémorative
1 franc Jacques Rueff - 1996
© www.cgb.fr

 

 


50 centimes en
bronze-aluminium
© www.cgb.fr
Afin de familiariser le public avec la nouvelle unité monétaire, la Banque de France met en circulation, dès la mi-juillet 1959, des coupures libellées en anciens francs surchargées d'une mention indiquant la contre-valeur en nouveaux francs.
Une pièce de 10 francs en argent sera frappée en 1964 sur le modèle du 5 francs à l'Hercule des trois premières Républiques. Même si cette pièce est restée d'un usage limité, il est significatif de lire le communiqué officiel qui précise qu'il a été décidé "de reprendre identiquement le motif de la pièce frappée par la Convention et qui symbolise la stabilité monétaire, conformément à la politique financière affichée par le gouvernement".
Un simple épi de blé orne les pièces de 1 et 5 centimes ; une nouvelle figure de Marianne, due à Lagriffoul, apparaît sur les pièces de 10, 20 et 50 centimes. Par la suite, la pièce de 50 centimes cèdera la place, en 1965, au 1/2 franc à la Semeuse tandis qu'une nouvelle pièce de 5 centimes sera introduite en 1966 sur le modèle de celles de 10 et 20 centimes.

 

 


surcharge sur le billet de 500 francs "Victor Hugo"
© Banque de France
Une seule coupure totalement nouvelle entrera dans la circulation avec une valeur libellée en nouveaux francs : il s'agit d'un billet de 500 NF (Molière), le seul émis à avoir été uniquement libellé en nouveaux francs puisque les coupures de ce type dont la fabrication avait été engagée dès 1957 pour une valeur faciale de 50000 F n'ont jamais été mises en circulation.
Il s'agit des billets de 500 F (Victor Hugo), de 1000 F (Richelieu), de 5000 F (Henri IV) et de 10000 F (Bonaparte).
A partir de 1960, ces mêmes coupures seront émises libellées en nouveaux francs.
billet de 10 NF
"Richelieu"
type 1959
© www.cgb.fr