La frappe au balancier

On doit à un orfèvre allemand, Marx Schwab, l'invention de la frappe au balancier, vers 1550.

C'est Henri II (1547-1559) qui impose en France cette nouvelle technique, en même temps qu'il fait importer de nouvelles machines (laminoir, découpoir) pour la préparation des flans. Huit à douze hommes se relaient tous les quarts d'heure pour manœuvrer les bras entraînant la vis qui frappe les médailles.

 

 

 

Avec la frappe au balancier, il devient possible de fabriquer en une minute, une trentaine de pièces homogènes et de qualité. Un tel progrès se heurte à l'opposition des ouvriers monnayeurs dont la seule richesse réside dans le savoir-faire manuel indispensable pour la frappe au marteau. L'usage du balancier reste donc initialement limité. Il faudra attendre Louis XIV pour voir imposer, sous la pression du graveur général Jean Warin, cette technique de fabrication dans l'ensemble des ateliers monétaires du royaume.

 

 

 

 

Balancier à vis, dit balancier "Delaunay", de 1699
© Monnaie de Paris

 

Les balanciers d'Austerlitz

En 1805, Gaudin, duc  de Gaète, demande à Napoléon vingt canons pour fabriquer des presses à balancier. Il relate la scène dans ses Mémoires :

Vingt canons ! et pour quel usage ? Est-ce que vous auriez, ajouta l'Empereur en souriant, l'envie de me faire la guerre ?
- Oh ! assurément, non, lui dis-je ; la partie ne serait pas égale ; je voudrais seulement généraliser l'usage du nouveau balancier qui nous réussit si bien, ici, et dont Votre Majesté connaît les avantages. Il est, comme elle le sait, tout de cuivre et mon budget n'est pas assez riche pour supporter cette dépense. Toute difficulté disparaîtrait si Votre Majesté voulait bien accueillir ma prière.
- Eh ! mais,ministre ! Vingt canons, c'est beaucoup !
- J'estime qu'il ne m'en faudra pas moins. Mon projet, continuai-je, est d'appeler mes nouveaux balanciers des Austerlitz et de les ceindre d'un collier sur lequel on lira : "Cuivre pris à Austerlitz sur l'ennemi !"
- Ah ! me dit l'Empereur du ton le plus aimable, vous me prenez par la vanité ! Eh bien, vous aurez vos canons.

Le duc de Gaète obtint ses canons et des balanciers d'Austerlitz ont été utilisés jusqu'à nos jours pour la fabrication de certains outils de frappe monétaire (coins).


Enfonçage du coin sur le balancier d'Austerlitz

accueil >>>

 

 

Le Balancier d'Austerlitz à la Monnaie de Paris