Le filigrane
Le filigrane est une image dessinée qui apparaît dans l'épaisseur du papier. Le principe de réalisation consiste à créer des amincies ou des surcharges de pâte au moment de la fabrication du papier. On parle de filigrane clair lorsque l'image résulte uniquement d'une amincie et de filigrane opaque lorsqu'elle est produite par surcharge. Un procédé, plus sophistiqué, permet de combiner amincies et surcharges : on parle de filigrane ombré. C'est ce dernier procédé qui a été adopté par la Banque de France dès 1844 et qui a permis, en 1862, le premier filigrane à tête humaine.

 


Cire : Mercure de face du billet de 100 francs type 1862
(premier filigrane à tête humaine)
© Banque de France
Le procédé traditionnel de réalisation du filigrane ombré commence par la gravure manuelle du dessin dans une cire observée en transparence pour visualiser le jeu de l'ombre et de la lumière. A partir d'une empreinte de cette cire, on réalise une matrice en cuivre. Celle-ci permet ensuite de donner une empreinte inverse : la contre-matrice.
Une toile métallique peut alors être emboutie entre la matrice et la contre-matrice et subit ainsi des déformations correspondant à celles gravées dans la cire. Les fibres de la pâte à papier déposée sur la toile métallique seront plus ou moins retenues par les creux et les reliefs, produisant des variations d'épaisseur qui permettent d'observer par transparence l'image du modèle.

 


Feuille filigranée : Bonaparte, essai
(Procédé Ingres, 1993)
© Banque de France


Toile emboutie : Bonaparte, essai
(Procédé Ingres, 1993)
© Banque de France

 

Depuis 1990, le procédé INGRES (Installation de numérisation et de gravure pour la réalisation d'emboutissage de sécurité) permet la gravure directe de la matrice et de la contre-matrice à l'aide d'une micro-fraiseuse numérique.
Matrice et contre-matrice : Bonaparte, essai
(Procédé Ingres, 1993)
© Banque de France

accueil >>>